Trop de pauvreté tue l’amour

Eric Njanga Jan 23, 2018

L’histoire

Un couple de jeunes étudiants qui sont très amoureux ont une relation presque parfaite, innocente et sans scrupules. Tout est merveilleux jusqu’au jour où s’abattent sur eux une myriade de difficultés qu’ils ne peuvent pas ignorer. Leur amour résistera-t-il aux orages qui se pointent à l’horizon?

 

Scene 1: En route vers la dulcinée

Ambassa revient de voyage et ne pense qu’à une chose, retrouver son amoureuse lorsqu’il reçoit l’appel d’un recruteur pour savoir si il accepte l’offre d’emploie d’une compagnie tres prestigeuse.

Ambassa est joyeux, il est dans un taxi qui arpente le centre ville de Douala en direction de l’Universite ou il compte faire une surprise a Siliki, son amoureuse, a ses cotes sur la banquette arriere se trouve des jolies fleurs et quelque paquets de chocolats. Son visage est radieux, son sourir est large, il ne pense qu’a une chose: serrer Siliki dans ses bras. Soudain son telephone sonne:

Mister Benz:  What’s up brother, are you avoiding me or what?

Ambassa: Non mister Benz, tu sais que j’etais en deplacement en Ngaoundere non? Je viens tout juste de rentrer

Mister Benz: Ok, no problem. Comment c’est passe ta presentation devant le commite?

Ambassa: (le sourir encore plus large) Ils ont tous apprecie, c’etait un vrai triomphe

Mister Benz: Excellent brother. OK, le’ts talk business now. As-tu lu le contrat que je t’ai envoye?

Ambassa: Oui, je l’ai lu

Mister Benz: Et ????

Ambassa: C’est du bon! J’aime bien, tout y est: bon salaire, bonne compensation, bonne vacances, bonne assurance maladie

Mister Benz: So what’s the issue brother??? Qu’est ce que tu attends pour donner ta reponse?

Mister Benz: Merde mon frere, certains gens pourraient tuer pour ce boulot, ne traine pas trop. Qu’est ce qui te gene? Do you want more money?

Ambassa: Non mister Benz, c’est juste que je voulais finir certains trucs qui me tiennent a coeur

Mister Benz: Ecoutes mon cher, le pays va mal, il y a trop de chomage, c’est vrai que tu es tres qualifie et un des rares a faire ce que tu fais, mais be careful brother, shit happens. Oshango Inc est une etoile montante dans l’industrie Afropalimentaire Africaine, si tu commence avec eux maintenant, d’ici 5 ans tu seras millionnaire.

Mister Benz: Pense au statu que tu auras, aux voyages internationaux. Tu as une petite n’est ce pas?

Ambassa: Oui, et je …

Mister Benz (qui l’interrompe): Tu penses que tu vas nourrir ta petite avec l’amour et l’eau fraiche? AvecOshango Inc, tu la mettra tellement en haut qu’elle va t’appeller “Sugar Daddy”.

Ambassa: (Sourir)

Mister Benz: Tu promet de me rappeller cette semaine et me donner ta reponse?

Ambassa: Promis

Mister Benz: I love you brother. You take care alright?

Ambassa: Toi aussi mister Benz, you take care!

 

 

Scene 2: Tout est beau

Ambassa fait la surprise à Siliki  et débarque à la fin de ses cours. Le revoir la rend folle de joie.

En sortant de l’amphithéâtre, Siliki voit là, debout, élégant comme d’habitude, Ambassa! Tenant un jolie bouquet de fleurs et des chocolats. Agréablement surprise, elle dit a ses copines de continuer sans elle et, toute  joyeuse, s’empresse de se jetter dans les bras de son amoureux qui la reçoit avec l’habileté de Joseph Antoine Bell dans ses jours gloire puis, presse fermement son corps voluptieux contre lui.

Les deux s’entrelassent, se regardent longement dans les yeux, s’embrassent tendrement et s’oublient un instant, comme étant transportés dans une brume de délices émotionels. Puis, front contre front, le regard dans les yeux, toujours entrelassés:

  • Siliki: Ton voyage c’est bien passé?
  • Ambassa: Oui ma princesse
  • Siliki: Quand feras-tu de moi ta reine?
  • Ambassa: Bientôt mon amour, très bientôt

Les deux tourtereaux continuent leur trance, puis sont interrompus par la voix aggréssive et mal polie de sexy, le surveillant d’amphithéâtre: “Allez faire vos sauvageries la hors de mon université! Voyez-moi la malchance!”.

“Pardon fiches nous la paix! Ca c’est meme quoi?”, retorque Ambassa, un air de dédain dans le regard, tout en prenant Siliki par ses hanches charnues (comme pour la proteger) et en la dirigeant vers la sortie Ouest de l’université de Douala, où ils s’empressent d’emprunter un taxi en course: direction “carrefour j’ai raté ma vie”, chez d’Ambassa.

 

Scene 3: La recreation s’acheve

Une fois le couple se retrouvant dans l’intimité du petit appartement d’Ambassa, les deux se préparent à passer des moments agréables, mais tout ne se passe pas comme prévu. 

Ambassa ouvre la porte de son petit apartement, laissant entrer Siliki qui passe devant lui, arborant une demarche tellement provoquante qu’un prètre aurait abandonné sa foi pour la suivre. Ambassa, resté en retrait observe les généreuses formes de sa copine et se dit: “Mon Dieu, suis un mec chanceux”.

Néanmoins, l’ambiance de la chambre qui pourtant semblait s’electriser s’assombrit lorsque Siliki pourtant très à laise, se couchant au coin de l’unique canapé de la pièce et se recroqueville sur elle même, comme saisie d’une soudaine fièvre.

  • Ambassa: qui y a-t-il ma princesse? Pourquoi se changement?
  • Siliki: excuse-moi mon taureau adoré, mais certaines pensées m’ont refroidi
  • Ambassa: (déposant les chocolats et fleurs sur la table, l’air inquièt, car siliki qui adore les chocolats congolais a pour habitude d’en dévorer la moitié avant même de sortir du taxi, mais pas cette fois-ci. Il s’assoit a l’autre extremite du canapé, prenant tendrement les pieds recroquevilles de son amoureuse sur ses jambes et commence a lentement masser la plante de ses pieds ) je t’ecoute, parle maman …
  • Siliki: (se detendant un tout petit peu) quand vas-tu me doter? M’epouser? Les gens parlent et ma famille me met beaucoup de pression, sans compter les problèmes d’argent de mon tuteur qui veut que j’épouse un homme riche
  • Siliki: c’est toi que j’aime Ambassa, je t’adore, je t’ai toujours desire, mais je suis torturee, je me sens comme dechiree en deux, car toute ma famille compte sur moi et me precipite vers un marriage qui va soulager leurs deboirs financiers
  • Siliki: Ils ont choisi leur champion, l’homme qui fera leur affaire. Ils veulent que j’épouse Tamfouko
  • Ambassa: (repoussant legerement la tete en arriere, les yeux ecarquilles par la surprise) Attends … Tamfouko Fogaing? L’homme d’affaire qui vient d’allemagne? Le representant de BMW au pays? Le gros et laid type la?
  • Siliki: oui, c’est lui-meme!
  • Ambassa: Bordel de merde!
  • Siliki: Mon amour, fais-vite! Viens demander ma main a ma famille, ne perds plus le temps. Accepte l’offre d’Oshango Inc. Avec ce boulot, tu pourras financer ma dote, notre marriage et tu fermeras la bouche a mes gens
  • Siliki: Je t’aiderai meme avec mes petites economies, ma tante sita Nyango, tu la connais n’est ce pas?
  • Ambassa: oui, je l’aime bien
  • Siliki: Justement, sita Nyango t’adore. Elle a aussi promis de nous aider en cachette pour financer ma dote
  • Siliki: Mon taureau, nous avons quelque supportaires qui avec nous. Nous pouvons encore gagner ce combat …
  • Siliki: Je mentirai meme que j’attends des tripplés de toi pour dégouter Tamfouko et mes grands freres et pour qu’on nous fiche la paix une bonne fois pour toute.
  • Siliki: Mais … toi, mon amour, mon hero, …, toi seul peux faire le premier pas. Toi seul peux prendre ton courage a deux mains, affronter mes grands freres, arme de ton nouveau boulot, les terrasser et me prendre avec toi pour toi tout seul, pour le restant de notre vie

Apres se dramatique plaidoyer de Siliki, un calme glace s’installe dans la piece ou Ambassa, le regard vide, l’esprit enfoui dans une profonde reflection ne dit mot, sa vigoureuse errection d’il ya quelque minutes completement aneantie par la conversation, ne tenant meme pas compte des magnifiques cuisses de sa dulcinee, presque entierement decouverts par la jupe evasee et remontee de la belle Siliki.

Sous l’effet du calme des deux amoureux, la piece a l’air de s’assombrir, plus personne n’a envie de sexe, plus personne n’a envie de caressesses, les cliquetis de la montre a aiguilles au fond de la piece envahissent la piece, comme pour rappeller a Ambassa qu’il n’a plus beaucoup de temps.

Le temps n’est plus celui de la romance, il est celui des choix difficiles, des combats, de la douleur, du courage, de la bravoure. Ceci est le temps des vrais hommes!

 

Scene 4: L’orage se prepare

Tamfouko a un rendez-vous avec des gens important qui pourraient l’aider à conquérrir le coeur des parent de Siliki

En cette fin d’après midi, le soleil brille encore empitoyablement dans le ciel de Douala où quelque nuages paraisseux circulent lentement. Dans les rues, il règne une chaleur humide que l’ombrage des arbres ou des vérandas ne soulage que partiellement.

Seuls les androits climatisés offrent un abris sûr et confortable face au redoutable soleil; “le café du crocodile” est un de ces endroits, Café-restau de jour et bistro galant de nuit, il ressemble beaucoup à ses homologues parisiens avec ses petites tables et chaises en rotain protégés par un grand parasoleil à l’entrée et son grand salon rempli de canapés Louis XIV en velour et tables en bois siré, le tout soigneusement espacé.

Justement au coin Ouest de la salle climatisée du café, installé dans un canapé en cercle, se trouve Tamfouko, grignottant quelque arrachides séchés, les pieds croisés, le regard fixé sur l’écran plasma à quelque mètres de lui, sirotant lentement un verre de cogniac fort et léchant ses grosses lèvres charnues de temps à autre. “Où sont ces faineants? Je n’ai pas que ça à faire” se dit-il de plus en plus impatient.

Soudain entrent pénètrent deux jeunes dans la pièces, assez élégants, mais les habits trampés de sueur. Reconnaissant Tamfouko par sa grosse tête rasée, et sa petite silhouette, ils se dirigent rapidement vers lui et prennent place en face de lui.

Julien Essombè: Bonsoir grand frère

Charles Essombè: Oui bonsoir grand frère

Tamfouko: Vous êtes en retard les gars, moi j’aime pas ça!

Julien Essombè: Excuses-nous mon grand, mais le moto taxi qui nous a transporté n’était pas a la hauteur

Charles Essombè: Oui, oui grand frère! Ce gar là etait trop lent même!

Un serveur apparait, demandant aux deux jeunes hommes ce qu’ils boivent. “Une grande Kadji beer bien glaçée pour moi s’il vous plait” dit l’un et “une cocktail whisky-jus d’ananas pour moi” dit l’autre essayant de jouer au sophistiqué. “Un instant dabord” coupant Tamfouko qui fait signe au garçon de se retirer et d’attendre son signal. “votre rapport dabord” dit-il d’un ton qui laisse clairement comprendre à ses interlocuteurs qui est le patron.

Julien Essombè: Ah oui grand frère! C’est la chaleur qui nous fait oublier les choses!

Charles Essombè: La maman a adoré tous ses cinq pagnes wax et a dit “oui”

Tamfouko: Et le papa?

Julien Essombè: Il aime beaucoup son gros cellulaire et adore sa montre en or. Mais … il hésite.

Tamfouko: Huum, je vois! Est-ce qu’il a des problèmes d’argent?

Julien Essombè: Ah oui mon grand! Son bar ne marche plus depuis qu’un cabaret dancing a ouvert il ya quelque mois. Les choses vont mal mon grand

Charles Essombè: Et dernière hospitalisation de la grand mère l’a mis a terre complètement. Le pater souffre.

Julien Essombè: Le mois passé on nous a même coupé l’eau et l’électricité à la maison. C’est chaud mon grand

Tamfouko: Ah bon hein?

Les deux frères en coeur: Oui mon grand, très chaud même

Tamfouko: Interessant-ça. Comment s’appèle le cabaret qui a cassé les affaires de votre papa?

Charles Essombè: (qui s’empresse de prendre la parole) “Jovajo”

Tamfouko: Jovajo!

Julien Essombè: Oui mon grand! Jovajo!

Tamfouko: (Affichant un sourir qui devoile de grosse dent blanches) Huuum! Et vous dites que Sita Nyango est daccord pour que j’épouse votre soeur!

Les deux frères en coeur: Oooh oui mon grand.

Tamfouko: (Sortant une envolope de sa poche et la tendant a Julien, l’ainé des deux frères tout en faisant signe au serveur de revenir)

Tamfouko: Voici un petit quelque chose pour votre dérangement! Continuez le bon travail. Si les choses margent comme prévu, vous savez quelle sera votre récompense finalle!

Charles Essombè: (Découvrant avec émerveillement plus d’une vinghtaine de billets de dix milles francs que sont frères lui tand) Heueueh mon grand! Donc tu vas vraiment faire nos papiers pour l’Angleterre?

Tamfouko: Et cela n’est qu’un début! (faisans signe au serveur) Apportez leur boissons, donnez-leur aussi à manger s’il vous plait. Tout ce qu’ils veulent!

Les deux frères en coeur: Oooh merci mon grand, merci ooooh.

Les deux frères ayant chacun empochés leurs argent, boivent goulument leurs bierres tout en chantonnant des petits airs joyeux du village Sawa. Ils rigolent, chantonnent, rêvent de leur terre promise Anglaise lorsqu’arrive un plateau de côtelettes de porc roti dans lequel ont été enfoui des plantains frits. Ne pouvant contenir leur envie, ils se jettent sur le plateau et se servent copieusement, ayant complètement oublié Tamfouko qui s’était recroquevillé dans son canapé en face, les bras croisés, la main droite carressant légèrement son visage, le regard lumineux et fixe, observant les deux frères s’empifrer à coeur joie, et souriant légèrement.

Et que dira tonton Essombè si le carabet Jovajo lui appartenait?

 

 

Scene 5: Le piège se referme

Tamfouko fait une offre a Tonton Essombè qu’il ne peut refuser, l’etau se referme de plus en plus sur Siliki, Ambassa décide de réagir mais reçoit une mauvaise nouvelle

 

 

 

Scene 6: Trouble au paradis

Ambassa annonce la mauvaise nouvelle à Siliki qui ne decolère pas, le couple se chamaille. Siliki apprend aussi une mauvaise nouvelle. Tamfouko joue au pompier pyromane

 

 

 

Scene 7: Réflections

Siliki et Ambassa vont chacun rendre visite a un de leur proches, cherchant une réponse aux questions qui les tourmantent

 

 

 

Scene 8: La décision

Siliki, Ambassa et Tamfouko ont chacun pris une décision, les familles sont surprises

 

 

 

 

Scene 9 et Conclusion: La logique a elle seule ne peut expliquer le comportement humain

Peu importe celui qui remporte la victoire, il y aura toujours un doute!

 

 

 

 

 

 


Idees de l’histore:

Le jeune couple vit in amour innocent et pur:

Le couple vit une romance agreeable, tendre. Il ya quelque petite bobos financiers, mais le jeune homme motive et inspire la jeune fille d’avoir espoire en l’avenir.

Les personnages:

  • Ambassa: …
  • Siliki: …
  • Mister Benz: Agent de recrutement tres connecte dans les milieux coorporatifs du pays. Il travaille sous commissions et cherche a placer  Ambassa dans une grande compagnie Africaine
  • Tonton Ewanè Essombè (Chef du clan Essombè, ancient agent des impots):  Oncle et tuteur de Siliki, il aime beaucoup sa niece et la traite comme la fille qu’il n’a jamais eu. Mais ses recents deboirs financiers le force a considerer l’interet du clan Essombè avant le bonheur de sa “chouchou”.
  • Sita Nyango Essombè (Aspirante femme d’affaire): Epouse de tonton Ewanè et mère du clan Essombè, tante de Siliki. Elle aime le luxe, les bijoux, les pagnes et reve d’etre une grande femme d’affaire. Elle compte capitaliser sur l’immense beaute de sa nice pour se faire un “pactol” et considère que “l’argent fait le bonheur”.
  • Les grands frères; Julien et Charles Essombè (Chomeurs) :Fils a papa et enfants du couple Essombè. Ils epousent entièrement la philosophie de leurs maman. Ils ont toujours utilise la beaute de leurs cousines a leurs avantage depuis qu’ils sont petits. Maintenant que le marriage de celle-ci arrivent, sont decides a tout faire pour qu’elle epouse la “bonne personne” et revoir “une recompense adequoite”.
  • Jasmine Assoumou nee Essombe (medecin generaliste): Tante de Siliki, elle et sa niece sont tres proches, comme des copines. Jasmine dit toujours que Siliki est la petite soeur qu’elle n’a jamais eu. Elle defends Siliki contre “les grands freres” et leur mamans et soutient vigoureusement l’amour des jeunes tourtereaux. Mais d’aucun pourrait se poser la question de savoir: “Pourquoi Jasmine defends-t-elle sa niece? Serait-il juste par solidarite feminine? Il y a-t-il quelque chose de plus profond que l’on ignore? 
  • Eric Assoumou Olama (brillant avocat, stratege et conseiller politique): Epoux de Jasmine. Il est neutre dans l’affaire et a une lecture assez froide de la situation (surement du a son métier d’avocat-politologue). Il prefere laisser les deux tourtereaux se debrouiller, mais restera pas longtemps neutre par amour pour Jasmine, sa bien aimee.
  • Tamfouko (Riche homme d’Affaire): Surnomme affectueusement la panthere par ceux qui le connaissent (et le craignent), il a longtemps vecu en Europe, a cotoye les millieux les plus durs et a bati une reputation de but a cuire. Il s’est finallement impose en Allemagne, reussissant a devenir le seul importateur de BMW au Cameroun. Sa force financiere de frappe et sa connaissance pointue des femmes compense largement son apparence physique “pas tres jolie”. Passione par Siliki, il la convoite et la pourchasse avec une patience et ferocite digne d’un felin sauvage.
  • Sexy: le surveillant d’amphithéâtre

 

Auteur: Eric Njanga
Copyright: 2018, Eric Njanga, UkumbiTV